Après Celsius, d’autres plateformes crypto pourraient se retrouver à court de liquidités

Dans un contexte de nouvelle chute des cryptomonnaies, certaines sociétés qui courraient un risque de liquidités se retrouvent dans la tourmente, parmi lesquelles la plateforme de prêts Celsius.

La tempête sur le marché des cryptomonnaies et des stablecoins d’il ya un mois continue d’avoir des repercussions dans l’écosystème. La semaine dernière, de nombreux analystes avaient alerté sur le risque de liquidité de certaines sociétés exposées au token lido staked eth (stETH), à l’instar de Celsius et de Swissborg.

Il a suffi que le marché des cryptomonnaies chute de nouveau ce week-end (le bitcoin a perdu 9% de sa valeur depuis ce dimanche pour être autour des 25,000 dollars au moment de la rédaction de ce papier, l’ether a perdu de son côté 11 % de sa valeur et s’échange autour de 1,300 dollars) pour fragiliser davantage l’écosystème.

La plateforme américaine de lending et de staking de cryptomonnaies américaine Celsius, qui compte 1.7 millions de clients et qui revendique environ 12 milliards de dollars d’actifs sous gestion, a annoncé cel lundi ne plus permettre à ses clients de retirer ou de transferer leur fund and crypto monnaies.

“Nous prenons cette mesure aujourd’hui afin de mettre Celsius dans une meilleure position pour honorer, à terme, ses obligations de retrait”, a statement la société dans un post sur son blog. “Nous prenons cette mesure nécessaire dans l’intérêt de l’ensemble de notre communauté afin de stabiliser les liquidités et les opérations pendant que nous prenons des mesures pour préserver et protéger les actifs. pause, conformation to notre engagement envers eux”.

Problem de parité entre le stETH et l’ether

Cette decision n’est pas le fruit du hasard, elle s’inscrit dans un contexte de fragilisation du marché des cryptomonnaies. En effet, après l’effondrement de la cryptomonnaie luna et le detachment of stablecoin terra usd (UST) qui ne respectait plus sa promesse de parité avec le dollar (1 UST = 1 dollar en thoérie), certains ont déjà les yeux tournés vers un autre token: le lido staked eth (stETH)† Il s’agit d’un token synthétique créé en 2020 par la plateforme décentralisée Lido, qui est sensé avoir le même ancrage (ou “peg”) que l’ether (soit 1 stETH = 1 ether). Pour rappel, un ancrage a une devise s’appelle un “peg” (“arrimage” en anglais). Lorsqu’il ya un écart entre la valeur du sous-jacent et celle de la devise, on parle de “de-peg” ou “perte de parité”.

Or, il ya un mois, à la grande surprise de l’écosystème, ce jeton synthétique s’est détaché de l’ether, affichant une décote de 4.7% le 12 mai dernier. Aujourd’hui, le détachement reste important, avec une décote de 1.45% au moment de la rédaction de ce paper.

Dans le contexte de la prochaine fusion d’Ethereum (The Merge), des utilisateurs peuvent pratiquer du “strike”, c’est à dire un prêts de cryptomonnaies fait à la blockchain contre des intérêts. Concrètement, ils déposent des ethers dans des smart contrats de la plateforme Lido pour participer à la fusion The Merge, recevant ainsi des stETH.

“Actuellement, quand les gens “stakent” leurs 32 ETH sur le mainnet (NDRL: la blockchain principale Ethereum) et déploient un noeud Ethereum, ils sont éligibles à obtenir des intérêts variables (qui doivent être environ de 3/5%). que ces intérêts et les 32 ETH ne seront libérés qu’une fois qu’aura eu lieu la fusion The Merge Pour pallier à ça, le stETH a été créé et permet aux utilisateurs d’obtenir un jeton liquide qui peut étre étre , prêté à tout moment and échange d’intérêts un peu plus faibles”, explique le fondateur de Au Coin du Bloc.

La date de la fusion de The Merge ayant été repoussée à maintes reprises, cela accroit les tensions dans l’écosystème de la finance décentralisée, déjà fragilisé par l’effondrement de l’écosystème Terra.

“Le fait de retarder la sortie de The Merge peut create un mouvement de panique, une perte de confiance des investisseurs, des ventes massives, la perte du peg, etc. Tout repose encore une fois sur la confiance envers le protocole”, poursuit ce denier.

“Un risque de contagion dans la finance décentralisée”

La semaine dernière, déjà, de nombreux analystes avaient averti que certaines sociétés, qui sont exposées au stEth pourraient courir un risque de défaut de paiement si leurs utilisateurs devaient retirer beaucoup d’ethers dans un contexte de tension. L’analyste Brad Mills avait ainsi évoqué le cas de Celsius Network, qui est exposée at hauteur de 44% au stETH.

“Si Celsius est obligé de commencer à vendre ses stETH, il y aurait un désancrage de 50% sur le stETH”, indique l’analyste sur Twitter.

“Nous ne savons pas avec certitude si Celsius est insolvable, mais le risque d’y avoir vos fonds est très élevé en ce moment. Le stETH n’est peut-être pas “dé-peg”, mais le risque de contagion dans la finance décentralisée (Defi) dans un marché baissier de la cryptographie est élevé”, avait avertice dernier.

Le rique de contagion pourrait également toucher des plateformes centralisées, comme la société Swissborg, considère de son coté l’analyste Dirty Bubble Media.

Selon les données fournies par l’analyste, la société détiendrait 79,597 ethers, dont 80% de stETH. Depuis la perte d’ancrage du 12 mai, si Swissborg clôture sa position, elle pourrait perdre plus de 2500 ethers, soit l’equivalent de 4.5 millions de dollars, estime ce dernier.

Desanalyses de sociétés de cryptomonnaies vont dans le même sens, à l’instar de ceux du géant américain Coinbase.

“Selon nous, la divergence de prix entre stETH et l’ether reflète d’importants risques de liquidité, the yield, de credit et même de collatéral. Par exemple, les ETH stakes liquides sur la blockchain Ethereum ne représentent qu’une petite fraction de l’offre total d’ETH en circulation (3.8%), don’t environ 90% sont stakes sur Lido”, considère David Duong, responsible de la recherche institutionnelle chez Coinbase dans un post sur leur blog.

Leave a Reply

Your email address will not be published.