Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture lundi

(Photo: Getty Images)

REVUE DES MARCHES. Les marchés saluaient lundi la levée de nombreuses restrictions contre la COVID 19 en Chine, qui devrait faire repartir la deuxième économie global, avant d’être accaparés en fin de semaine par la reunion de la Banque Centrale européenne et par l’inflation américaine.

En ce jour férié de Pentecôte, la séance boursière n’était pas palpitante and terms d’actualités économiques, mais Paris, Francfort et Milan (1.43%) progressaient. Londres gagnait du terrain alors que le premier ministre britannique Boris Johnson, affaibli par des mois de scandales sur les fêtes à Downing Street pendant les confinements, affrontera lundi soir un vote the défiance des députés du Parti conservator.

Les Bourses européennes suivaient la bonne mood des places asiatiques qui ont salue le return progressif des Pékinois au travail à compter de ce lundi et la réouverture des établissements scolaires dans la capitale chinoise annoncée pour le 13 juin.

À Wall Street, les contrats à terme sur les principaux indices esquissaient un rebond compris avant l’ouverture à la suite d’une nouvelle semaine en baisse.

Les indices boursiers at 08h47

Aux États-Unis, les contrats à terme du Dow Jones progressaient de 294.00 points (+0.89%) at 33 182.00 points. Les contrasts a terme du S&P 500 gagnaient 48.25 points (+1.17%) at 4 155.25 points. Les contrasts a terme du Nasdaq affichaient une boom de 199.75 points (+1.59%) at 12 750.75 points.

À Londres, le FTSE 100 augmented the 99.89 points (+1.33%) at 7 632.84 points. Paris, le CAC 40 gagnait 85.66 points (+1.32%) at 6 570.96 points. À Francfort, le DAX progressait the 179.58 points (+1.24%) at 14 639.67 points.

And Asia, le Nikkei the Tokyo a boom de 154.32 points (+0.56%) at 27 915.89 points. The son côté, le Hang Seng the Hong Kong a gagné 571.77 points (+2.71%) at 21 653.90 points.

Du côte du petrole, le prix du baril de WTIA americain bearish the 0.57 $ US (-0.48%) at 118.30 $ US. Le baril de Brent de la mer du Nord lâchait $0.54 US (-0.45%) at $119.18 US.

Le context

Autre nouvelle assez confortable: l’activité dans les services a continué à reculer en mai en Chine sous l’effet des restrictions contre la COVID, mais de façon moins abrupte qu’en avril.

À cet optimism on the venus s’ajouter des commentaires de la secrétaire américaine au Commerce Gina Raimondo disant envisager the lever des barriers tariffs pour la Chine, pour aider à lutter contre l’inflation aux États-Unis.

«Les investisseurs se préparent à une réunion clé de la Banque Centrale européenne cette semaine et un indicateur clé mesurant l’inflation aux États-Unis», l’indice des prix à la consommation (CPI), indique Neil Wilson, analyste chez Markets. com.

Vendredi, les marchés occidentaux avaient mal réagi à the solids chiffres de l’emploi américain qui devraient inciter la Réserve fédérale à maintenir fermement le cap du resserrement monétaire pour freiner la flambée des prix.

Depuis mars, la banque central américaine relève progressivement ses taux directors dans le but de ralentir la demande de la part des consommateurs et des entreprises.

The son côté, la Banque Centrale européenne (BCE) a préféré ne pas se précipiter pour durcir les conditions monétaires en zone euro, pourtant confrontée à une accélération de l’inflation qui a atteint 8.1% sur un an en mai en zone euro .

Lors de sa reunion jeudi, elle devrait décider d’arrêter ses rachats nets de dette, qui ont jusqu’à present permis de soutenir les marchés avec des liquidités abondantes. Puis elle devrait commencer un cycle de hausse de ses taux directors en juillet, tout en veillant à ne pas bousculer les investisseurs en les resserrant trop vite et trop fortement.

Les investisseurs craignent qu’un durcissement des conditions monetaires trop prononcé ne provoque une recession.

«Les marchés financiers vont rester fébriles tant qu’il n’y aura pas d’éclaircie sur le plan macroéconomique (le pic d’inflation est-il atteint?) et tant que nous ne saurons pas la plus clairement quelle va être la politique monetaire. Aujourd’hui, nous naviguons à vue», écrit Christopher Dembik, director of the recherche économique de Saxo Bank.

Les prix du pétrole se stabilisaient lundi à un level élevé, la fin de mesures contre la COVID and Chine présageant d’une demande soutenue alors que l’offre est plombée par l’embargo européen sur la production russe.

Les valeurs petrolières profitaient de la force des cours du brut: TotalEnergies gagnait 1.95%, BP +3.06% et shell +2.60%.

L’euro grappillait 0.22% at $1.0773 américain, le billet vert considéré comme une valeur refuge souffrant de l’appétit pour le risk après la levée des mesures à Pékin.

le bitcoin progressait the 4.90% at 31 391 $ US.

Leave a Reply

Your email address will not be published.