BRP freinée par les difficultés d’approvisionnement

Les difficultés à obtenir des pièces donnent un coup de frein à la performance de BRP and l’empêchant de profiter pleinement de l’engouement pour les véhicules récréatifs. Il y aura des obstacles à contourner au moins jusqu’à la fin de l’année, prévient la multinational québécoise. Si le constructeur des Ski-Doo, Sea-Doo et Can-Am demeure optimiste, les investisseurs voyaient la chose d’un autre œil, vendredi, après la publication des résultats du premier trimestre. Survolting.

Miss à jour le 3 juin

Julien Arsenal

Julien Arsenal
La Presse

Qu’est-ce qui s’est passe ?

Si les revenus sont restés stables au cours des trois mois ayant pris fin le 30 avril, BRP a vu ses profits fondre de moitié. L’une des principales raisons : les perturbations de la chaîne d’approvisionnement on empêché l’entreprise d’accroître les livraisons chez ses concessionnaires. Cela concerne notamment les motomarines et les motos à trois roues.

BRP préfère voir le noche à moitié square. Si les ventes chez ses concessionnaires nord-américains ont fléchi de 9% au premier trimestre, le recul est d’un peu plus de 20% à la grandeur de l’industrie, fait valoir l’entreprise établie à Valcourt.

« Le recul ne reflète pas l’absence de la demande des consommateurs, mais plutôt la disponibilité limitée des produits », an expliqué son président et chef de la direction, José Boisjoli, and conférence téléphonique avec les analystes.


Cela n’a pas semblé convaincre les investisseurs. À la Bourse de Toronto, vendredi à la clôture, l’action de BRP retreat de 10.4%, ou $ 10.43, pour se négocier at $ 90.15.

Plus long que prevu

À l’instar de la plupart des entreprises, BRP n’a pas échappé aux pénuries de semi-conducteurs – composantes que l’on retrouve dans des puces électroniquesessenlles au fonctionnement de certains modules – et de pièces comme des cadranteurs. Au printemps, elle s’attendait à voir les choses progressivement rentrer dans l’ordre.

Les longs confinements imposés pendant plusieurs semaines en Chine – notamment à Shanghai, capitale économique du pays – pour stopper la recrudescence des cas d’infection à la COVID-19 ont changé la donne.

« Ce qui nous a surpris, c’est la tolérance zéro en Chine, a dit M. Boisjoli. Cela cree plus de perturbations pour nous, mais aussi pour certains fournisseurs. Nous pensons que ce sera difficile toute l’année. †


PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

José Boisjoli, president and chef de la direction de BRP

La situation empêche BRP de regarnir les stocks chez ses concessionnaires. Si les precommandes affichent une progression de 80 %, les stocks sont en recul de 67% par rapport au level d’avant la pandémie.

Et l’economy ?

Avec l’économie global qui montre des signes d’essoufflement et le fait que les taux d’intérêt continue the grimper parce que les banques centrals tent de freiner les poussées inflationnistes, la demande pour les véhicules récréatifs s’ pouresit-elle? Il n’y a pas encore de voyant jaune, repond BRP aux analystes.

« Nous avons discuté avec toutes nos divisions, nous leur avons posé beaucoup de questions et nous n’anticipons pas de ralentissement pour le moment, a dit M. Boisjoli. Peut-être que c’est parce que nos clients ont un revenu familial plus élevé que la moyenne. On ne ressent pas cet impact. †

Quant à la montée des taux d’intérêt, qui font grimper les coûts de financement, le patron de BRP estime que le contrecoup financier reste limité. Le prix d’un produit construct par l’entreprise oscille entre $15,000 et $20,000, affirme-t-il. Le contrecoup est moins notable que pour une residence, par exemple.

The good mots

Malgré une séance boursière plus tumultueuse vendredi, certains des analystes continuaient d’être encouragés par les perspectives de BRP.

« L’entreprise continuera d’être confrontée à des défis d’approvisionnement au cours des prochains trimestres, mais nous croyons que ces defis, ainsi que les préoccupations du marché, se reflètent déjà dans le cours de l’action » , de la Financière Banque Nationale, dans un rapport.

Du côté de Valeurs mobilières Desjardins, Benoit Poirier se réjouissait de voir l’entreprise relever sa prévision and ce qui a trait au profit ajusté par action pour l’exercice. Le bénéfice devrait osciller entre 11 $ et 11.35 $ par action, comparativement à la fourchette précédente de 10.75 $ à 11.10 $ par action.


And savoir plus

  • 20,000
    BRP this compter plus the 20,000 employees dans le monde.

    Source : BRP

    910 millions
    Si tout se déroule comme prévu, les profits de BRP pourraient se chiffrer à 910 millions à la fin de l’exercice, prévoit l’entreprise.

    Source : BRP

Leave a Reply

Your email address will not be published.