CIMA / BVMAC: Regards croisés sur le financement des économies de la sous région

Monsieur le Secretary General, You come to take part in the seminar organized by FGIS and SCG-RE and moderated by BVMAC. Pouvez-vous nous décrypter le sens de cette formation ?

Blaise Abel EZO’O ENGOLO Secrétaire Général de la CIMA

La Société Commerciale Gabonaise de Réassurance (SCG-RE) has decided to go public to raise the necessary financing for its development through an operation to increase its capital. Nous avons été sollicités en tant que régulatory du sector des assurances à l’effet de suivre la regularité de cette opération qui doit se faire en respect non seulement des dispositions du Code des Assurances, mais également des texts qui régissent les marchés financiers. La formation que vous evoquez avait pour objet de préparer le personnel de ladite société à cette operation; au rang des intervenants, ten peut citer la COSUMAF, la BVMAC et les sociétés d’intermédiation boursière. Cette opportunity a par ailleurs permis à la CIMA de conforter ses compétences et d’optimiser les diligences necessaires à l’appreciation de l’opération en cours et celles futures.


La Société Commerciale Gabonaise de Réassurance (SCG-RE) se propose donc d’entrer en bourse. Quelle est la position du régulator du sector des assurances sur cette opération ?

Cette entreprise entend reinforcer son assise financier et sa solvabilité, au-delà des minima régulétionales. Par principe, nous soutenons de telles initiatives qui confortent les intérêts des cédantes et partant, ceux des assureurs et beneficiaires de contrats d’assurances. However, the year is opportune to recall the démarche prudentielle qui nous interpelle, surtout pour cette première expérience en Afrique Centrale. The introduction of SCG-RE in the stock exchange and the subsequent operation of this insurance company will certainly be followed by a loan from the Commission Régionale de Contrôle des Assurances (CRCA).


Les assureurs collectent sous la dénomination ”primes d’assurances”, une part importante de l’épargne en circulation, pourtant on ne sent pas vraiment leurs concours dans le financement subsequent de leur espace économique. Qu’en est –il en réalité et peut-on escompter une attitude plus participative à l’avenir?

Les assureurs sont en effet de grands collecteurs de primes. Après avoir rassemblé cette épargne atomisée, et en pending le règlement des sinistres qui intervient après quelques diligences préalables, ils doivent la placer, voir la rentabiliser. The essence of their métier est ainsi constituente d’une, des engagements de cœur de métier (payer les sinistres) et d’autre part, de l’engagement adjacent de contributeur au financement des économies. C’est donc à juste titre, par rapport à ce dernier engagement, qu’ils sont appelés ”investisseurs institutionals”.

Bien que les dispositions régulatoryes qui fixent la nomenclature des placements soient contraignantes, en pratique on observe un regroupement autour de 3 pôles majeurs : les DAT, l’immobilier et les titres d’Etat.

La raison historique habitually evoked is l’unadisponibilité des instruments de placement. Le marché financier, dans ses compartiments primaire et secondaire, se présente dès lors comme une option complétive signifique. They offer in effect at least the triple advantage of security, profitability and liquidity. Ils permettent aux sociétés d’assurance de respecter les règles de dispersion dont l’exigibilité s’impose de plus en plus.


According to you, is the Central African Stock Exchange acting as a catalyst for the mobilization of resources for the financing of the zone’s economies?

La BVMAC est jeune, mais elle doit jouer son rôle. Le sector des assurances attend d’elle une ofre de possibilités de placements suffisante et diversifiée, en capacité et en qualité. Sans être expert en la matière, je crois que les conditionnalités qui president à une entrée en bourse sont parfois dissuasive pour les entreprises dont la qualité de l’information financière nest pas avérée. C’est dire que certain parameters exogenous à la BVMAC peuvent constituere un frein à ses activités. I am convinced, tout au moins en ce qui concerne le sector des assurances, que les avances signifiques signifiques au niveau de l’sainissement des compagnies depuis la mise en place de la CIMA augurent de perspectives optimistes pour une dynamisation des activités de la Bourse. Les dispositions du code des assurances relative à la regulation des placements sont une contrainte légale porteuse dans ce sens.

Il reste aux assurers et à la BVMAC à développer ce partnership winner-winner.


Pour terminer, quelles relations entretenez-vous avec la COSUMAF, régulator des marchés financiers?

COSUMAF, regulator of the financial market in the CEMAC zone, covers an area of ​​competence different from that of CIMA, which supervises the insurance sector in the 14 states of CEMAC and UEMOA.

Cependant, les entreprises assujetties aux deux législations sont demanderesses, soit de resources financiers pour sutenir leur développement, soit d’instruments de placement pour investir leurs avoirs.

Dans un tel espace la CIMA et la COSUMAF aspirant à densifier leurs relations et à reserrer davantage les liens d’échanges et de collaboration. The materialization of this collaboration is in progress.

Monsieur le Directeur Général, vous venez d’animer un séminaire sur invitation du Fonds Gabonais d’Investissements Stratégiques (FGIS), sous quelle perspective placez-vous cette formation?

Louis BANGA NTOLO Directeur Général de la BVMAC

Cette formation s’inscrit en droite ligne des missions statutaires de la BVMAC que sont notably, la promotion et l’animation du marché boursier de la CEMAC. We have come here to Libreville to entertain the companies in the Gabonese State portfolio before being listed on the Bourse on the bons réflexes à avoir en amont du process, pending discussions with the arrangers and the regulator, pending the placement period of the titles et après l’introduction en Bourse des titres. Nous avons ainsi particulier, sensibilisé les responsibles de SCG Ré, future société cotée, sur les prérequis tant juridiques, regulatives, qu’organisationnels à satisfier en vue d’une introduction réussie en Bourse et la gestion de la vie du titre coté. Aussi, avons-nous abordé des sujets tels que les accords préalés des sharenaires historiques et des Administrateurs à recuellir en amont du processus; the need to proceed to a valuation of the company; d’avoir deux commissaires aux comptes ; l’obligation de se conformer aux exigences régulatoryes post introduction et particularement, les reporting régulatorys, la publication des results, l’information permanente du marché (COSUMAF et BVMAC) et des shareholders de tout fait nouveau pouvant survenir et susceptible d’influencer la vie du titre coté, etc.


Le choix du lieu de cet évènement (dans les locaux de la CIMA) avait-il un sens particulier pour vous?

Vous me donnez là l’occasion de remercier le Directeur Général de SCG Ré Dr Andrew GWODOG et le Secretary Général de la CIMA Monsieur Blaise Abel EZO’O ENGOLO qui ont eu cette fabuleuse d’organiser cette rencontre au siège du Régulateur des assurances. Oui, SCG Ré est une compagnie de réassurance et donc régie par le code CIMA instance de régulation du sector des assurances et cela a été un réel plaisir de profiter de la presence effective de Monsieur le Secretary Général à nos travaux qui se sont déroulés sur deux journées. In fact, as the last Secretary General said, the regulation of CIMA positions the financial markets as the credo of natural preference for the assurance sector. Qualifiés de zinzins (institutional investors) par excellence, les assurances demeurent en quête permanente des actifs financiers dans leslenches elles doivent placer leurs technical provisions pour se conformer à leur réglementation de branche. On the other hand, the recent regulatory developments in the sector visant notably the strengthening of the funds proper of the insurance companies in the context of the exhaustion of the historical shareholders of these companies, position the financial market as an alternative source of financing of the high budget de ces compagnies. La réglementation CIMA se positionne ainsi clairement comme tributaire et promoter du commerce des actives financiers et denc des marchés financiers.


Nous avons compris que vous envisagez un partenariat BVMAC/CIMA, quels potrouint être les axes stratégiques d’un tel partenariat?

Nous avons eu en effet une réflexion exploratoire avec le SG de la CIMA sur des pistes de partenariat à tisser entre nos deux institutions dont les destins se croisent comme nous venons de le demunetrer. Aussi, quelques pistes ont éte évoquées :

1. Mettre sur pied une stratégie de sensitization et de promotion des compagnies d’assurances sur les opportunites quoffre le markete financier régional de sorte à suisseter le réflexe “markete financier” tant pour les besoins d’investissement ou de placement, que pour les besoins de financement des assurances (haut de bilan, cycle d’exploitation) ;

2. Susciter des réformes à l’échelle de la CIMA en vue d’une meilleure adéquation investments/rendements via probably l’ajustement de certains ratios régulatorynes jugés contraignants;

3. Faire fonner les compagnies d’assurances de procédures d’admission à la cote simplifiées et d’une tarification attractive des operations sur tous les compartiments de la BVMAC;

4. Prendre en compte de manière globale, certaines deléances du sector des assurances dans le cadre de l’élaboration des politiques fiscales communautaire du sector boursier.


Pour terminer, avez-vous des exigences préalés à la mise en place d’un tel partenariat ?

Côté BVMAC absolument pas. We think nevertheless that the Regulateur du marché des assurances voudrait d’abord appreciaire l’accueil que le marché financier va reserver à un de ses Champions SCG Ré qui va se soutret à son verdict dans les prochaines semaines, avant d’avancer dans les discussions . Cela nous paraît d’ailleurs tout à fait normal de verifier, à travers une première opération, la réaction du marché avant d’aller plus loin. Nous avons bon espoir que le projet d’IPO (Initial Public Offering ou d ‘introduction en Bourse) de SCG Ré sera une réusissement qui va ouvrir la voie à plusieurs autres opérations de ce sector sur notre marché financier et sait-on jamais, devenir le catalyseur de la dynamisation du marché financier régional tant espérée par les plus Hautes Autorités de la CEMAC.

Leave a Reply

Your email address will not be published.