Inflation : “On est en train de perdre le contrôle”, s’alarme l’économiste Patrick Artus

Jusqu’à encore récemment, le consensus des experts était relativement optimiste sur l’evolution de l’inflation. Certes, mois après mois, la boom des prix dans la zone euro s’accélérait pour atteindre 8.1% and mai 2022, mais la plupart des économistes estimaient que cette dérive était provisoire. Logiquement, la hausse des prix allait diminuer progressivement et revenir aux alentours de 2% au début de 2024. Cette vision est encore partagée par une bonne partie des intervenants sur les marchés financiers et par la Banque de France elle-même. Une opinion qui permet de justifier que la Banque central européenne ne mène pas du tout une politique de lutte contre l’inflation. Les marchés financiers anticipat que le taux d’intervention de la BCE ne remontera qu’à 1.75% à la fin de 2023, ce qui n’est justifiable que par cette hypothèse de désinflation rapide.

Malheureusement, la réalité risque d’être très différente. And le danger is a nos portes. Si l’institution de Francfort persiste à ne pas réagir au coup de chaud actuel, alors l’inflation de la zone euro peut devenir incontrôlable et atteindre des levelsx très élevés. Avec des conséquences inquiétantes sur les finances de l’Etat, the stability of the marchés immobiliers and the situation of finances of the menages.

Pourquoi le pire est encore à venir

Il faut comprendre que the situation européenne est très différente de celle des Etats-Unis. Outre-Atlantique, les salaires se sont très rapidement ajustés à la situation nouvelle d’inflation (ils croissent aujourd’hui de 6% sur un an), et les entreprises ont augmenté leurs prix même plus vite que leurs coûts de ventes (prix des entreprises ont progressé de 7% sur un an). On peut donc penser que l’inflation a atteint son pic (un peu plus de 8%) aux Etats-Unis.

Offer limited. 2 mois pour 1€ sans engagement

Mais en Europe, le pire est encore à venir et l’inflation est encore “dans le tuyau”. Pour three raisons. D’abord, les entreprises n’ont pas encore répercuté dans leurs prix de vente les hausses en amont de leurs coûts (les prix de vente des entreprises n’ont encore augmenté que the 3%). Ensuite, la grande distribution n’a pas encore répercuté dans les tarifs en magasin la hausse des prix de production de ses fournisseurs. And finally, les salaires ont très peu réagi à la false des etiquettes. Si les revendications salariales s’intensifient, dans la réalité, les rémunérations rest sous contrôle… pour le moment.

In 2022, la hausse des rémunérations devait être de l’ordre de 3%, avec une inflation aujourd’hui supérieure at 8%. Cette perte de pouvoir d’achat est insupportable : salaries et syndicats vont demander un rattrapage. On voit de plus en plus une accumulation du “turnover” des salariés, qui quittent leur emploi pour obtenir des conditions salariales bien meilleures que ce que leur propose leur ancien employeur. Tout cela se conjugue avec un level historiquement élevé des difficultés d’embauche des entreprises. Il n’y a pas, à la différence de ce qu’on voit aux Etats-Unis, the baisse de l’offre de travail, mais il ya dans la zone euro un rejet des emplois pénibles, à horaire atypique. Tout cela va donc conduire à des hausses de salaires nettement plus fortes en 2023 qu’en 2022 dans la zone euro.

Si les hausses de coûts ne sont pas encore passées dans les prix de detail et si l’acceleration des salaires est encore à venir, l’inflation de la zone euro n’a donc pas encore atteint son pic.

On peut d’ailleurs faire un rapide calcul. Le prix des importations a augmenté sur un an the 25% dans la zone euro, the 12% aux Etats-Unis. Cela vient du fait que les Etats-Unis n’importent plus de pétrole et de gaz naturel et de ce que l’euro s’est fortement déprécié par report au dollar. Compte tenu du poids des importations dans le PIB en Europe, nous pourrions atteindre un pic d’inflation à 11% à la fin de 2022. A level inédit depuis le milieu des années 1970. Or plus la dérive des prix sera forte et durable, plus le risk de perte de control sera élevé.

L’application L’Express

Pour suivre l’analyse et le decryptage où que vous soyez

Télécharger l'app

Télécharger l’app

Dans ce contexte, la BCE ne pourra pas continuer à ne pas réagir sérieusement à l’inflation. Il est Totaalment impossible que le taux d’intervention de la BCE ne remonte pas au delà du seuil des 1.75% l’année prochaine si la false des étiquettes, elle, passe à 2 chiffres. Il faut donc s’attendre à un durcissement progressif et franc de la politique monetaire européenne et en réaction à une augmentation sensible des taux d’intérêt à long terme. On en connaît les conséquences : return of the contrainte budget for l’Etat, recul des prix de l’immobilier et des cours boursiers. La fin de l’argent magique en somme.


opinions

La chronique de Marion Van Renterghem

Olivier Faure (PS) et Jean-Luc Mélenchon (LFI) à la conférence de presse de présentation du program de la Nupes pour les législatives, à Paris, le 19 mai 2022par Marion Van Renterghem*

La chronique d’Albert Moukheiber

Selon une nouvelle étude, certaines personnes seraient capable de communiquer pendant leur sommeil.Albert Moukheiber

The Chronicle of Pierre Assouline

Dans cette chronique, Pierre Assouline rend homage à l'un des maîtres du genre : l'écrivain Eric Holder, disparu en 2019 à l'âge de 58 ans.Pierre Assouline

A chronicle of Mathilde Berger-Perrin

Un montage montrant l'actress Amber Heard le 13 April 2022 et la star Johnny Depp le 11 April 2022 aux portes du tribunal de Fairfax, près de Washington.Par Mathilde Berger-Perrin

Leave a Reply

Your email address will not be published.