La COVID a raison de son emploi et le force à prendre sa retreat

Jean-Claude, 65 years old, travaille dans la meme entreprise de production textile depuis des années. Son emploi est bien payé et il peut aussi effectuer des heures supplémentaires pour arrondir ses fins de mois. La COVID va réduire à néant son équilibre financier.

Jusqu’en march 2020, Jean-Claude gagnait the $3500 to $4000 mensuellement. Il vit dans un logement avec sa conjointe, Jeanine, qui est à la retreat et touche 1215 $ en rents gouvernementales.

D’un point de vue financier, le couple navigue à vue et vit de paye en paye.

N’ayant mis aucun argent de côté, Jean-Claude aussi progressivement augmenté le solde de ses cartes et de sa margin de crédit, qui s’élève à environ 20 000 $.

Puisqu’il n’a jamais sauté de paiement, il pense être en bonne position Financière, mais un imprévu va venir tout chambouler.

Mis a pied puis licencié

Lorsque le Québec est confiné pour la première fois en mars 2020, l’entreprise où travaille Jean-Claude doit fermer ses portes pendant trois mois. Quand les affairs reprennent à l’été, les heures supplémentaires sont éliminées, ce qui réduit grandement les revenus du sexagénaire.

Son employeur cesse à nouveau ses activités en décembre 2020 en raison de problèmes d’approvisionnement générés par la crisis sanitaire. Lors de la réouverture quelques mois plus tard, plusieurs postes sont abolis, car il n’est plus possible de maintenir un level de production suffisant. Celui de Jean-Claude passe a la trappe.

L’homme peut compter sur des prestations d’assurance-emploi pendant quelques mois, mais ils ne suffisent pas à couvrir ses besoins et il s’endette the 10 000 $ supplement sur ses cartes de credit. Au moment où les prestations cessent, Jean-Claude est désormais endetté de plus de $29 000, auxquels s’ajoute le solde de sa location de voiture ($9000), pour un total de $38 000.

Puisqu’il est âgé de 65 ans, il décide toutefois de ne pas se lancer dans la recherche d’un nouvel emploi, mais plutôt de prendre sa retreat.

Il touche désormais le RRQ et la Pension de la securité de la vieillesse pour un total de $ 1350 par mois.

Cumulés aux revenus de retraite de Jeanine, cela représente $ 2565. Avec des dépenses qui s’élèvent à plus de 2470 $ par mois, le couple réussit à peine à joindre les deux bouts. Qui plus est, Jean-Claude ne parvient pas à effectuer les paiements minimums sur ses cartes et margin de credit, et les créanciers se font de plus en plus pressants.

Meilleure option : la bankruptcy

La situation devient rapidement intenable. Ne sachant que faire pour retrouver la stabilité Financière, il décide donc de consulter une firme de syndics autorisés and insolvability.

Après avoir établi un bilan de ses actifs et de ses dettes, Maxime Morin, director and redressement financier (consommateur), Groupe redressement et insolvabilité chez Raymond Chabot, a rapidement constaté que Jean-Claude ne serait pas en mesure de s’en sortir à moins de poser un geste plus radical, soit une proposition de consommateur ou une faillite, deux options and cas d’insolvabilité.

« Compte tenu de son âge, de ses revenus, de son état de santé fragile et du fait qu’il n’avait pas l’intention de demander du credit supplémentaire, la meilleure solution dans son cas est la faillite », explique Maxime Morin .

The cette façon, il pourra éliminer ses dettes de cartes et de margin de credit, et sera libéré de sa faillite au bout de neuf mois durant lesquels il versera un montant établi d’avance au syndic. Étant à jour dans le paiement de la location de son véhicule, il pourra également le conserver.

« Si les revenus de Jean-Claude viennent à augmenter parce qu’il retourne sur le marché du travail, dans ce cas la durée requise pour être libéré de sa faillite pourrait passer à 21 mois », precise le director and redressement financier. La somme à verser mensuellement au syndic est également susceptible d’être revue à la hausse.

Sa situation financier

ACTIFS

  • REER $15,000
  • Honda Civic and location

DETTES THE CONSOMMATION

  • Cartes de credit at 19.99 % d’interêt 14 000 $
  • Credit Margin $15,000
  • Solde de la location de voiture $9,000

Total des dettes 38 000 $

REVENUS MENSUELS

  • RRQ et Pension de la sécurité de la vieillesse de Jean-Claude $ 1350
  • RRQ et Pension de la sécurité de la vieillesse de Jeanine 1215 $

Total des revenus 2565 $

DÉPENSES MENSUELLES DU COUPLE

  • $ 2471 (incl. loyer, téléphone, électricité, assurance, location auto, épicerie, paiement carte de credit de Jeanine)

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l’adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Leave a Reply

Your email address will not be published.