Les Bourses occidentales attentistes avant une fin de semaine chargée

(New York) Les marchés boursiers ont cherché, en vain, une tendance claire mardi, se montrant attentistes avant la reunion de la Banque Centrale européenne (BCE) jeudi et la publication des chiffres mensuels de l’inflation aux États-Unis vendredi.

Miss à jour here at 12 h17

Les places européennes ont clôturé en repli, préférant la prudence. Paris a cédé 0.74 %, Francfort 0.66% and Milan 0.81 %. Londres a mieux résisté (-0.12%), au lendemain de l’échec d’un vote de défiance contre le prime minister britannique Boris Johnson.

À Wall Street, le Dow Jones a progressé de 0.80%, l’indice NASDAQ a pris 0.94%, et l’indice élargi S&P 500, 0.95%.

« Les marchés européens ont reculé en raison d’une triple inquiétude concernant la hausse des prix, la hausse des taux et la contraction des margins », a commenté Michael Hewson, analyste de CMC Markets.

L’evolution des prix, ses consequences sur la croissance et ses effets sur les politiques monétaires occupent l’esprit des investisseurs depuis des mois.

Dans ce contexte, la reunion de politique monétaire de la BCE jeudi et la publication des chiffres de l’inflation aux États-Unis vendredi sont particulièrement attendues.

Face à la flambée des prix, la BCE devrait preparer le terrain à la sortie de sa politique de taux négatifs, et décider l’arrêt de ses rachats nets de dette, qui ont jusqu’à présent permis de soutenir lesbondantes avec de marchsantes a .

Les opérateurs on aussi le regard braqué sur l’indice des prix CPI pour mai, attendu vendredi et qui renseignera sur l’inflation aux États-Unis.

Pour Ross Mayfield, de Baird, « avec la saison des résultats derrière nous et pas d’indicateur macroéconomique avant vendredi, c’est un marché indifférent », qui manque de conviction, à la hausse comme à la bearse.

La Banque global a abaissé mardi sa prévision de croissance global à +2.9 % cette année, contre +4.1 % estimé en janvier.

« Le message de la Banque Wereld qui estime que cette publication a permis au taux de la dette américaine à 10 ans de repasser sous la barre des 3 % ce mardi.

Nouvelles inquiétudes dans la distribution

Le géant de la distribution Target (-2.31 % at 155.98 dollars) a prévenu que ses margins seraient plus restreintes que prévu au deuxième trimestre, notamment du fait de stocks trop importants, que l’enseigne prévoit d’écouler à coup the promotions.

Après avoir couru derrière la demande durant des mois, handicapés par des perturbations majeures sur la chaîne d’approvisionnement, plusieurs distributors ont récemment fait état d’inventaires trop élevés au regard des ventes.

La chaîne de supermarchés a emporté dans son chariot quasiment tout le secteur, the Walmart (-1.20 %) at Best Buy (-1.16 %).

Londres, Sainsbury a perdu 2.33%.

Coup dur pour SAS

Le gouvernement suédois a annoncé mardi qu’il ne participerait pas à la nouvelle augmentation de capital de la compagnie aérienne SAS, bien que l’entreprise soit au bord de l’asphyxie Financière. Déjà au plus bass, le titre a cédé 13.91% à Stockholm.

Du côte du petrole et des devises

Les prix du pétrole sont repartis en hausse au cours d’une séance hautement volatile o les cours du pétrole on été tiraillés entre prizes de profits et inquiétudes pour l’inflation.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août avancé de 0.88 % à 120.57 dollars, tandis que le baril de West Texas Intermediate (WTI) américain pour livraison en juillet a lui gagné 0.76 % à $119.41.

L’euro avançait légèrement (+0.09%) face au billet vert at $1.0706.

Le yen a lui plongé jusqu’à des levels plus vus depuis catching ans face au dollar (-1.31 % à 132.65 yen pour un dollar), plombé par la divergence de politique monétaire entre la Banque du Japon et les autres banques power stations.

Le bitcoin a cédé 0.14% at 31 333 dollars.

Leave a Reply

Your email address will not be published.