Les placements des banquescentrales pénalisés par l’inflation et la hausse des taux

Les banquescentrales ont pris conscience d’avoir agi trop tard et trop faiblement contre la hausse des prix . La hausse de l’inflation puis les resserrements monétaires à venir sont en tête de leurs inquiétudes, selon l’enquête annuelle (1) de la banque HSBC. And février-mars, elle a interrogé 82 banquescentrales gérant 7,300 billions de dollars de reserves, soit la moitié à l’échelon mondial. Elles ont une gestion essential element obligataire et monétaire de leur matelas de sécurité financier. Leurs gérants sont confrontés aux consequences des decisions de leur employeur and matière de taux d’intérêt. Leur activité est d’ailleurs independante, afin d’éviter que leurs gérants connaissent les decisions sur les taux avant qu’elles ne right rendues publiques.

Les trois quarts des gérants des banques centrals qui placent le risque géopolitique lié à la guerre en Ukraine and tête de leurs préoccupations appartiennennt à des institutions européennes . Une seule banque Centrale sur 82 envisage d’investir sur le rouble dance lesson 5 to 10 années à venir et aucune n’y est actuellement investie. A l’inverse, le renminbi, lazy, devient incontournable. One institution sur deux a placé une partie de ses reserves en devise chinoise (obligations d’Etat et de manière croissante dette banking) et plus du quart foulent y investir dans un avenir plus ou moins proche.

risks

La grande majorité des reserves des banquescentrales sont toujours massivement exposées à la dette, notamment d’Etat, et pour 80% des placements obligataires, sur des maturités inferiors à 3 ans. À côté de ces actifs liquides, elles investissent autour de 8 % de leurs réserves sur des actifs de diversification plus ou moins risqués (dette émergente, obligations d’entreprises et adossées à des actifs…).

Parmi eux, les obligations indexées sur l’inflation sont particulièrement prisées dans le contexte actuel. 42% des banquescentrales en détiennent déjà et 16% vont rapidement suivre leur exemple. De manière encore marginale, elles envisagent des investissements dans l’immobilier et les infrastructures, qui ont aussi l’intérêt d’offrir une protection against the boom of the prix.

Or : le poids de l’histoire

« Les banquescentrales vont continue to diversifier leurs reserves ces deux prochaines années et la remontée des taux ne va pas entraver ce mouvement de long terme, noted Nick Carver, the Central Banking Institute et author de l’étude. Les deux dernières décennies de taux bass, voire négatifs, les avaient incitées à accroître leur eventail de classes d’actifs, the marchés et de produits pour améliorer le yield de leurs placements ».

Aujourd’hui, plus des deux tiers des banquescentrales investissent sur l’or. Mais sa performance n’est pas suffisante pour qu’elles envisagent d’augmenter leur exposition. Un grand nombre de banquescentrales évoquent le poids de l’histoire et l’inertie. Quand les monnaies étaient adossées à l’or , elles devaient en détenir une quantité importante pour assurer la convertibilité et rassurer les marchés. Mais depuis 1971, cette period est révolue.

Actions

31% of the central bank investissent sur les actions. En tête, figure la Banque nationale suisse dont 23% des placements sont en actions, notamment américaines. La BNS est elle-même cotée en Bourse (+ 12% and 2021). Mais la mauvaise orientation des marchés boursiers cette année pourrait faire réfléchir les partisans d’une telle diversification.

cryptos

Une banque Centrale a franchi le pas et a investi sur les actifs digitaux et cryptos. Plus d’une sur quatre n’exclut pas de suivre cet exemple, mais à moyen terme, autrement dit pas before 5 ans. Réputées plutôt prudentes dans leurs placements, les banquescentrales veulent attendre toutes les clarifications réglementaires pour placer une part même très modeste de leurs reserves sur ces actifs crypto volatils. Une banque Centrale a investi dans a hedge fund, mais seulement une minorité (5 %) envisage un tel placement à risque dans les années à venir.

(1) « Trends in reserve management (2022) »

Leave a Reply

Your email address will not be published.