Marché financier: une occasion peut se presenter sans correction

Certain occasions se present parfois de manière plus furtive, à la faveur d’une amélioration graduelle des bénéfices par action d’une société. (Photo: 123RF)

BLOGUE INVITE. On associe généralement les occasions aux corrections de marché ou aux chutes brutales de titres spécifiques. Toutefois, certain occasions se present parfois de manière plus furtive, à la faveur d’une amélioration graduelle des bénéfices par action d’une société.

Il faut dire que la pandémie de COVID-19 a probablement embrouillé quelque peu la performance Financière de nombreuses sociétés au cours des deux dernières années. En effet, elle a eu un impact majeur sur la performance Financière de la plupart des entreprises. Dans la majorité des cas, les résultats des sociétés reveal the consequences de la pandémie ; dans d’autres cas moins nombreux, certaines entreprises en bénéficié des mesures de confinement.

C’est pourquoi j’estime qu’il est préférable de comparer les résultats publiés par une société en 2021 à ceux de 2019, l’année avant la pandémie. À mon avis, un tel exercice peut permettre aux investisseurs d’identifier certaines anomalies, ou du moins des situations qui méritent la peine d’être creusées davantage.

Je vous donne l’exemple de trois titres pour illustrer mon propos. Ces sociétés sont des titres que nous détenons dans nos portfolios sous gestion depuis plusieurs années.

Un fournisseur de services and technology

En décembre 2019, le titre de cette société, qui offre des services and technology, valait près de 108 $, un peu plus que sa valeur actuelle d’environ 102.50 $. Or, en 2019 (exercice prenant fin en septembre), les revenus de la société se sont élevés à un peu moins de 12.1 G$. Au cours des 12 derniers mois qui ont pris fin le 31 décembre 2021, ils se chiffrent à 12.2 G$, any 0.7% de plus qu’en 2019. Plus significatifs, les bénéfices par action ont atteint 4.71 $ and 2019 ; ils sont présentement 18.7% plus élevés, at 5.59 $ l’action. The plus, au cours de la même period, le ratio dette nette-BAIIA est passé de 0.95 à la fin de 2019 à 0.77 aujourd’hui.

Actuellement, l’investisseur paye donc un ratio de 18.3 fois les bénéfices par rapport à 22.9 à la fin de 2019 pour une société qui est en bien meilleure santé Financière.

Un fournisseur de services et de logiciels destinés à l’industrie Financière

Cette société américaine offers a fixed range of services and solutions technologiques qui permetent aux sociétés Financières de mieux gérer et administrator leur actif sous gestion.

Au début de décembre 2019, avant qu’on commence à parler de la COVID-19, le titre de la société valait environ 64.50 $ US ; aujourd’hui, il s’échange à près de 61.50 $ US.

La société a parcouru beaucoup de chemin au cours des deux derniers exercises. And 2021, ses revenus se sont élevés à près de 1.92 G$ US comparativement à 1.65 G$ US en 2019, une augmentation de 16.3%. Pendant la même period, ses bénéfices nets sont passés de 3.26 $ US at 3.83 $ US, une boom de 17.5%. Le titre s’échange donc à environ 16.1 fois ses bénéfices courants par rapport à 19.8 à la fin de 2019. Si je tiens compte de l’encaisse nette de la société qui atteint présentement 914.8 M$ US (6 .61 $ US l’action) per report à 958.4 M$ US (6.40 $ US l’action) à la fin de 2019, le ratio cours-bénéfices ajusté est de 14.3 comparativement à 17.8 fin 2019.

Une société du secteur de la restauration

Cette société regroupe de nombreuses chaînes de restaurants franchisés and Amérique du Nord.

Au cours de son exercise 2019 (qui a pris fin en novembre), soit avant que la pandémie ne survienne, la société a enregistré des revenus de près de 551 M$ US, alors que ses bénéfices par action ajustés se sont élevés à 3, 22$US. Peut-être plus important, en raison de quelques acquisitions importantes, son bilan affichait alors une dette nette de 489.9 M$ US, ce qui se traduisait par un ratio dette nette-BAIIA de 3.23.

Or, en 2021, les revenus de l’entreprise se sont élevés à 551.9 M$ US, essence le même level qu’en 2019, mais ses bénéfices par action ajustés se sont élevés à 3.59 $ US, 11.5 % de plus que les 3.22 $ US de 2019. Plus significatif, cependant, est le fait qu’au cours de la période, la dette nette de la société a été réduite à 299.5 M$, une baisse de 39% sur deux ans, alors que le ratio dette nette-BAIIA a chuté considérablement, at 1.78. À mon avis, la société se retrouve aujourd’hui and position d’envisager à nouveau des acquisitions, source de sa croissance historique.

Pendant ce temps, le titre de la société a fait du surplace (après avoir chuté considérablement pendant les pires mois de la pandémie): il valait environ 55.50 $ US au début de décembre 2019, alors qu’il vaut aujourd’hui environ 55$US. Son ratio cours-bénéfices courant est ainsi passé de 17.2 fin 2019 à 15.3 présentement, alors que la santé Financière de la société s’est considérablement améliorée.

Évidemment, dans chacun des cas, l’investisseur devra se demander si des perspectives de croissance moindres justifient des ratios d’évaluation moins élevés qu’en 2019.

Parfois, on désespère de voir un titre faire du surplace pendant quelques années. L’exemple de ces trois titres démontre selon moi qu’un investisseur devrait se concentrar sur la performance Financière de ses entreprises plutôt que sur le cours de leur titre. Il ya probablement de nombreux autres exemples du genre sur les marchés pour ceux qui veulent bien prendre le temps d’analyser les results des sociétés.

Philippe Le Blanc, CFA, MBA

Chef des placements chez COTE 100


Leave a Reply

Your email address will not be published.