Mélenchon peut-il faire “cramer la caisse” ?

par
public le modifié le

La reforme du système de retreat au center des debates…

(Boursier.com) — Jean-Luc Mélenchon, leader of the Nouvelle Union Populaire écologique et sociale (Nupes), estime que non seulement le système de retreat n’est pas prêt de “sauter” comme le redoutent certains économistes, mais, de surcroit, il peut supporter un advance of l’âge de la retreat à 60 ans, avec 40 ans de cotisations.

The quoi faire bondir certains experts qui voient dans le program de la Nupes un risque de dérive Financière d’autant plus grand que les taux d’intérêt à long terme sont en train de remonter à grande vitesse sur les marchés en raison de la résurgence spectacular de l’inflation depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine… Ainsi, pour les économistes de l’Institut Montaigne, revenir sur les mesures d’âge votées il ya près de 20 ans coûterait pas moins de 1.2 point de PIB at horizon 2027soit la bagatelle the 36 billions d’euros.

Un scénario de base auquel il convient d’ajouter par la hausse du SMIC de 1400 to 1500 euros, mais aussi le projet de revalorisation du minimum garanti aux travailleurs modestes à l’issue d’une career complète, sans oublier le projet de la Nupes the revenir aux 10 meilleures années pour calculer le montant des pensions, contre 25 années actuellement…

Quant aux bénéficiaires du RSA, ces derniers auraient la possibilité d’intégrer les trimestres pendant lesquels ils n’ont ni travaillé ni cotisé dans le décompte de leur retreat, pour une ardoise supplémentaire estimosées at 7.7 milleuriosées. A l’arrivee, l’Institut Montaigne facture de coût total de la maneuver à 94 Milliards d’euros, un record ! Les dépenses de retraite rapportées au PIB grimperaient ainsi de 13.7% and 2022 à 18.3% du PIB and 2027 à la fin du mandat présidentiel…

Une reforme indispensable ?

Dans un entretien à la presse régionale publié début juin, Emmanuel Macron avait assuré de son côté que la réforme entrerait en vigueur “des l’été 2023“, estimant que ce chantier “était indispensable au financement de nos transformations”… à 64 or 65 anssouhaitant par ailleurs porter le montant minimal des pensions à 1,100 euros per month…

Elu récemment secrétaire général de Force ouvrière, Frédéric Souillot s’est dit quant à lui prêt à la mobilisationdéfendant un retour à la retreat à 60 ans. “Avec les autres organizations syndicales, on est déjà d’accord sur aucun recul de l’âge de la retreat”, a prévenu celui qui a pris la succession d’Yves Veyrier.

Alors qu’elle est qualifiée de “mere des reformes” selon les mots d’Emmanuel Macron, le report de l’âge legal de la retreat voulu par le chef de l’Etat sera “la mère des batailles” pour le syndicat, a encore avertile dirigeant de FO.

“Un elephant dans un magasin de porcelaine”

Le numéro un de la CGT, Philippe Martinez s’oppose également à la réforme proposée par le gouvernement : Le secrétaire général du syndicat, qui quittera son poste en 2023, a déclaré haut et fort que son organization était et reste pour un retour à la retreat à 60 ans…

“J’ai fait mon premier discourse après mon élection et j’ai expliqué que si la retreat était la mère des reformes, pour nous, il faudra que ça devienne la mère des batailles“, a ainsi déclaré Philippe Martinez, ajoutant que l’executif “pose une reforme des retreats comme un éléphant en plein milieu d’un magasin de porcelaine”…”Il faut retirer l’éléphant et discuter du reste”, a poursuivi le responsible syndical, évoquant notamment “l’emploi des salariés âgés”, des jeunes et “la formation professionnelle”.

Lors d’une réunion publique récente dans le Calvados, la Première ministre Elisabeth Borne a expliqué vouloir mener la réforme des retreats “sans que ça tourne au bras de fer“…”On n’est pas en train de se dire qu’on va faire une réforme pour embeter les Français”, a déclaré la cheffe du gouvernement… Le dossier est loin d’être clos !

Leave a Reply

Your email address will not be published.