Nasdaq et Dow Jones plongent encore

La cote américaine est orientée encore en forte baisse avant bourse cel lundi, le S&P 500 abandonnant 2.1%, le Dow Jones 1.6% and le Nasdaq 2.7%. La chute de vendredi, suite aux chiffres extrêmement préoccupants de l’inflation américaine (au plus haut de 41 ans à 8.6%), avait déjà été brutale, avec un plongeon de 3.5% du Nasdaq et une sanction de 2, 7% on le Dow Jones. Sur le Nymex ce jour, le baril de brut WTI cède 1.2% at $119.2. L’once d’or abandonne 1.3% at $1,851. L’indice dollar prend 0.5% face à un panier de devises. Le bitcoin devise enfin sur les 24.000$, tandis que la plateforme Celsius Network vient de suspendre retreats et transferts. Une suspension temporaire des retreats BTC sur Binance aussi été annoncée…

Sur les marchés obligataires, le yield du T-Bond at 10 ans monte at 3.24%, alors que celui du ’30 ans’ atteint 3.28%. Les returns à deux ans se situent at 3.15%. La courbe des yields américains à deux et dix ans s’est même brièvement inversée lundi pour la première fois en deux mois, ce qui est considéré comme un signal de récession à venir aux USA.

La reunion du FOMC (Monetaire de la Fed Committee) on 14 and 15 juin sera le point culminant en terms de macroéconomie cette semaine. Malgré quelques spéculations sur un durcissement monétaire de 75 points de base suite aux derniers chiffres alarmants de l’inflation en mai, la Fed devrait plutôt procéder a une nouvelle boom de taux de 50 points de base et indiquer la posunibilité juillet. Il est peu probable que la banque central américaine donne déjà des indications claires pour septembre. La Fed devrait néanmoins laisser la porte ouverte à une evolution par incréments de 50 points de base. The plus, Jerome Powell, patron de l’institution, pourrait explicitement repousser l’idee d’une pause de la Fed encore espérée il ya peu. Powell pourrait confirmer la vigueur du marché du travail et souligner encore l’engagement de la Fed à faire baisser l’inflation. La reunion de juin comprend également une mise à jour, dans le cadre de laquelle l’accent serait mis sur la trajectoire de taux attendue au cours des des deux prochaines années et sur le “taux terminal”. Les ‘previews’ signalst des attentes pour un point médian 2023 dans la fourchette de 3.25 à 3.375%, avec la possibilité que le taux terminal descende à 2.25% avec l’inclusion des projections des governors de la Fed Cook et Jefferson . Les économistes ne semblent pas attendre de changements significatifs dans l’énoncé de politique monétaire. Aucune dissidence n’est attendue.

L’indice des prix à la consommation US plus élevé que prévu a relancé les craintes d’une inflation durable, qui nécessiterait une politique monétaire poussée plus loin dans un territoire restrictif et augmenterait le risque d’une récession global. Selon 70% des économistes universitaires participant à une survey FT-IGM, les États-Unis devraient entrer en récession en 2023. Près de 40% prévoient que la récession se produira au premier semestre 2023, tandis qu’un tiers’s pens spécialists elle sera retardée jusqu’au deuxieme semestre. La Banque global et l’OCDE avaient déjà récemment abaissé leurs prévisions de croissance global, la Banque global mettant en garde contre la stagflation. Le FMI a également annoncé qu’il réduirait ses prévisions de croissance global le mois prochain. Les prévisionnistes de la recession soulignent les vents contraires de la guerre en Ukraine, the inflation des prix de l’energie et des denrées alimentaires, the la hausse des taux d’intérêt et des blocages Covid and Chine. Cependant, beaucoup soutiennent que la récession pourrait être évitée, citant le faible taux de chômage, la solidité des bilans des menages et des entreprises, la puissance de relance de la Chine et la conviction que les banventques Centrale. .

En Chine, les choses se compliquent encore sur le plan épidémique avec le Covid-19. Pékin a enregistré 33 cas dimanche, tous en quarantine, après 65 détectés samedi dans ce qui est décrit comme un “cluster explosif” dans un bar… prévue des ecoles lundi. Pekin n’avait assoupli les restrictions qu’il ya moins de deux semaines. Pendant ce temps, Shanghai a enregistré cinq infections communautaires dimanche. Les services de restauration dans les restaurants de la plupart des districts on été suspendus alors que les authorités procèdent a une autre series the tests de masse. Les développements menacent de bouleverser le récit de la réouverture de la Chine qui avait récemment été cité comme favorable aux marchés actions. La semaine dernière, le president Xi a renforcé sa détermination à maintenir l’approche zéro-Covid…

Sur le front économique outre-Atlantique ce lundi, aucune statistique majeure n’est attendue. Demain mardi, la reunion FOMC débute, et les opérateurs suivront aussi l’indice des prix à la production du mois de mai. Mercredi, la journée sera très active, avec les ventes US de détail, l’indice Empire State de la Fed de New York, les prix à l’import et à l’export, les stocks et ventes des entreprises, l’indice du marché immobilier américain, l’indice des anticipations d’inflation de la Fed d’Atlanta, le rapport hebdomadaire du Département à l’Energie sur les stocks pétroliers domestiques, et bien entendu le communiqué de la Fed et la conférence de Jerome Powell.

lesson valeurs

Revlon, le groupe américain de cosmétiques et parfums, dévisse encore avant bourse à Wall Street ce lundi, après avoir plongé de 52.8% vendredi soir ! Les rumeurs de placement imminent sous protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites plombent littéralement le titre en bourse. Selon les informations du Wall Street Journal, le groupe, dont la dette s’élevait à 3.31 billions de dollars à fin mars, devrait se placer dès cette semaine sous la protection de la loi américaine sur les faillites. En mai, la directrice générale de Revlon, Debra Perelman, se montrait pourtant encore relativement confiante, estimant que la demande des consommateurs pour les produits Revlon restait solid, mais ajoutant que les challenges de supply chain affectaient la capacité du groupe à répondre à cette demande .

Apple, le géant californien de Cupertino, approuvera les emprunteurs et financera lui-même les prêts dans le cadre de de son offre permettant d’acheter maintenant et de payer plus tard, indique le bien renseigné Wall Street Journal. Le WSJ rapporte que le groupe à la pomme, qui lancera cette année une offre d’achat immédiat permettant de payer plus tard aux États-Unis, va ainsi authorizer aux clients d’Apple Pay à diviser les achats en quatre paiements semaines les deux . C’est donc Apple qui financerait les prêts. Une filiale du géant technologique a obtenu des licenses nécessaires de crédit dans la plupart des États pour proposer les nouveaux plans de paiement.

Goldman Sachs. La Securities & Exchange Commission américaine (SEC), gendarme financier aux États-Unis, survey sur la branche de gestion d’actifs de Goldman Sachs, à propos de ses fonds ESG, croit savoir le Wall Street Journal. Citant des sources, le WSJ report que la SEC surveyrait donc sur la branch de gestion d’actifs de Goldman Sachs, concernant ses fonds qui visent à investir sur la base des critères ESG. L’enquête civile se concentrarait sur les activities de fonds communs de placement de Goldman. La banque d’affaires new yorkaise gère au moins quatre fonds de ce type.

tesla. Vendredi soir, après la clôture de Wall Street, le constructeur américain de véhicules électriques a confirmé dans son rapport annuel déposé auprès des autorités boursières américaines, son intention de diviser par trois le nominal du titre, sans préciser. La mesure sera en tout cas proposée au vote des actionnaires lors de la prochaine Assembly general annuelle de Tesla, prévue le 4 août prochain.

Alors que le titre Tesla a terminé à environ 697$ vendredi, il vaudrait environ 232.33$ après division par trois, en sachant que le nombre de titres détenus par chaque investisseur sera en conséquence multiplié par 3. Depuis sa création, Tesla a procédé à une seule autre division de son nominal, par 5, en août 2020, lorsque le prix d’une action avait dépassé les 2,200$, la rendant inaccessible aux petits porteurs.

Dans son rapport annuel, Tesla a par ailleurs indiqué que Larry Ellison, le cofondateur de géant des logiciels d’entreprises Oracle, ne demandera pas sa réélection comme membre du conseil d’administration de Tesla, lors de la prochaine AG.

Ce départ intervient au moment où Elon Musk a lancé en avril une offre d’achat de 44 billions de dollars sur Twitter, à laquelle Larry Ellison a accepté de participer Financièrement. Début mai, Elon Musk avait indiqué avoir levé un peu plus the 7 Mds$ auprès d’investisseurs, dont Larry Ellison et le prince et homme d’affaires saoudien Al-Walid ben Talal. Mais à la mi-mai, l’offre a été gelée by Elon Musk, qui conteste le nombre de faux comptes Twitter communiqué par la direction du réseau social. Le cours de Bourse de Tesla a pâti ces dernières semaines de ces incertitudes, les analystes craignant que Musk ne soit distrait par le dossier Twitter and neglige la gestion du groupe automobile.

Coinbase decrochees the 18% avant bourse at Wall Street. Les valeurs liées aux cryptomonnaies devraient souffrir ce jour dans le sillage de la chute du Bitcoin et de ses pairs. MicroStrategy, très investi and BTC, devrait aussi plonger sur la cote américaine ce lundi. Silvergate Capital trébuche également malgré un conseil favorable de Wells Fargo.

Amazon recule lourdement dans la tendance du Nasdaq, alors que le groupe de Jeff Bezos aurait offert, selon Reuters, the limiter son utilization des données des vendeurs et de renforcer la visibilité sur des produits rivaux sur sa plateforme, afin d’engulaiser lespéengulateurs de la competition.

Leave a Reply

Your email address will not be published.