pour Bruno Le Maire, la France a « atteint la cote d’alerte sur les finances publiques »

Le ministre de l'économie, des finances et de la souveraineté industrielle et numérique, Bruno Le Maire, à Paris, le 23 mai 2022.

La France a attein sa “cote d’alerte” sur les finances publiques, a éstimée le minister de l’économie Bruno Le Maire, lundi 27 juin, au moment où l’écutif cherche un compromis avec l’opposition pour son projet de l’oi sur le pouvoir d’achat.

“Tout n’est pas possible, tout simplement parce que nous avons atteint la cote d’alerte sur les finances publiques”a affirmed M. Le Maire, ajoutant que “The financing conditions have changed” et qu’aujourd’hui la France emprunte “à plus de 2%” pour financier les éspénieres publiques, quand elle le faisait encore récentement à taux négatifs ou très faibles.

Lire aussi : Pouvoir d’achat: un coup de pouce de 8 milliards d’euros pour les prestations sociales

Interrogé sur la proposition faite par plusieurs partis de l’opposition, comme Les Républicains ou le Rassemblement national, d’une baisse de taxe sur les carburants, M. Le Maire a assured que le gouvernement allait « discuss » avec ces formations mais que « l’esprit de compromise doit s’accompanier d’un esprit de decision ».

“When inflation increases, the charge of debt increases also of several billions of euros, and the responsibility of the finance minister, I hope that each person understands, and that the public finances are balanced by 2027.”at-il insisted, dans un message aux députés des oppositions quant au cadre des débats que souhaite imposer l’executif à l’Assemblée nationale.

On the other hand, the government will propose in its future draft law on the power of purchase, retroactive to 1er juillet, de 4 % de plusieurs de prestations sociales pour lutter contre l’inflation. Selon les informations du Mondeil s’agit d’un budgetary effort de l’ordre de 6.5 milliards d’euros en 2022, et de près de 1.5 milliard sur l’exercice 2023. Une grosse partie de cette dépense sera consecrated à la hausse des retraits versées par les régimes de base, son coût se situant aux alentours de 5 milliards d’euros pour 2022. Le projet ne contient pas le degel du point d’indice des fonctionnaires, également announcement par le gouvernement.

« It is imperative to reduce public debt »

According to the Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), the French public debt exceeded 2,900 billion euros at the end of the third quarter, or 114.5% of gross domestic product (GDP). aussi d’une croissance économique en berne. Ce n’est pas ce montant qui « préoccupe » M. Le Maire, mais le fait que “The financing conditions have changed” pour la France, avec la hausse des taux d’intérêt qui a commencement et va se pursuivre, la Banque centrale européenne cherchant à réduire l’inflation.

“Une partie de la charge de la dette est indexée sur l’inflation”a notably rappelé le ministre, ce qui représente « plusieurs milliards d’euros » supplémentaires à dépenser pour rembourser cette charge chaque année. « La politique, c’est des choix (…) It is imperative to reduce public debt »May « il faut dans le même temps protéger nos compatriotes qui sont les more fragile, mais les protéger de manière responsible. »

Lire aussi : Article reserved for our subscribers Le projet de loi pouvoir d’achat, objet de toutes les tractations

A droite, the new president of the group Les Républicains à l’Assemblée nationale, Olivier Marleix, a fortement insisted sur le risque d’une augmentation de la debt française, lundi matin sur Europe 1, quelques minutes avant la prise de parole de M. Le Maire. “Sur la question du pouvoir d’achat et d’un tel problème pour nos compatriotes, evidently on va tout faire pour converger avec le gouvernement” do ” advance on these measures “a declaré le député d’Eure-et-Loire alors que Les Républicains, s’ils refusent de participatein au gouvernement, assurent quils voteront possibly des texts “au cas par cas”.

M. Marleix a toutefois posed two conditions: the necessity of prendre en compte le fait que la question du pouvoir d’achat est « un sujet d’ampleur pour la France qui travaille »do « il faudra evidently que le gouvernement accepte d envisager la question du financing de ces mesures ».

« On sera exigeants à l’égard du gouvernement pour que ce soit financier. La situation de la dette française aujourd’hui est très grave (…) Le gouvernement ne peut pas dire : “Allez hop, 30 milliards de dette supplémentaire!” Ce serait irresponsible »at-il estimate, promettant que les députés LR « feront des propositions sur le sujet du financement ».

A gauche, le député et secrétaire national du Parti communistre français, Fabien Roussel, a desirée sur CNews « une forte augmentation du pouvoir d’achat » avec notamente « une baisse tout de suite de la TVA sur l’essence ». « On ne se contentera pas de miettes » do « on va tous descendre dans la rue s’il le faut pour obtenir ces mesures »at-il prévenu.

Le Monde

Leave a Reply

Your email address will not be published.