Pourquoi fraudeurs et escrocs benéficient encore et toujours de la confiance du public

(BFM Bourse) – D’Enron à Wirecard en passant par Let’s Gowex, les escroqueries Financières se succèdent en ne laissant aux investisseurs trop crédules que les yeux pour pleurer. Le plus remarquable n’est pas l’habileté des fraudeurs, mais la confiance ahurissante dont ils disposent…

La première escroquerie Financière (documentée) de l’histoire précède de plusieurs siècles l’ère chrétienne, lorsqu’un marchand grec nommé Hegestratos empocha à l’avance la vente d’une cargaison de blé qu’il n’avait aucune intention de livruce , comptant la revendre pour son compte et simuler le naufrage de son navire (pris sur le fait, l’aspirant aigrefin fini noyé). Depuis, les scandales continuent à rythmer l’histoire, the l’affaire du canal de Panama à la combine pyramidale de Charles Ponzi, ou plus près de nous Enron, Worldcom, Gowex, Theranos ou encore récemment le prétendu fleuron allemand des services de paiement wire card.

Or, à chaque fois que la supercherie est éventée, les actors qui se sont laisse berner découvrent stupéfaits à quel point l’affaire était cousue de fil blanc. Humain trop humain, l’investisseur est perpétuellement victime de son besoin fondamental de faire confiance à autrui et de sa fascination pour l’histoire qu’on lui raconte…

Dans un ouvrage publié cette semaine aux éditions Bantam “Money Men” (non traduit), Dan McCrum raconte en détail l’enquête menée par son équipe au sein du Financial Times et qui a fini -après des années de dénégation par les autorités allemandes- par entraîner l’effondrement de l’incroyable château de cartes qu’était Wirecard. L’étonnant succès de ce fleuron allemand des nouvelles technologies ne se fondait sur rien d’autre qu’une gigantesque fraude, ses profits n’existaient pas plus que la plupart de ses clients, comme beaucoup de lanceurs d’alerte l’avaient pourtant laissez entendre depuis des années.

Manque de moyens pour verifier seul

Tout en livrant le récit haletant de son enquiry, des menaces et intimidations qu’il a fallu affronter, Dan McCrum’s interroge également sur cette confiance a priori incroyable dont bénéficient les escrocs. À chaque fois les dindons de la farce n’en reviennent pas d’avoir été also naïfs, mais l’histoire se répète inlassablement. Pourquoi faisons-nous confiance aux fraudeurs?

Dance un article du Financial Times, notre confrère soulève plusieurs facteurs déterminants. D’un côté les sceptiques, tels que les vendeurs à découvert (les seuls qui aient un interêt material à démasquer les fraudes), mènent un travail d’enquête au fond assez banal. À partir d’une premiere incoherence, d’un premier mensonge, il suffit de tirer la pelote et généralement les elements à charge s’accumulent vite. Mais en matière d’investissement, la plupart ne cherchent pas à verifier le moindre fait. Nous investissons, comme nous interagissons avec les autres actors économiques, en supposant par défaut que les activités qui nous sont présentées sont réelles, en comptant sur le fait qu’il existe des institutions et des processus maltéinger en place pours des processus maltéinger Pas plus qu’un consommateur ne cherche à contacter l’éleveur du troupeau qui a donné son pack de lait au supermarché et ainsi de suite pour chaque article, un investisseur n’a à lui seul pas les moyens d’aller verifier la réalité des créances clients de chaque entreprise dont il envisage d’acheter des titres.

Mais dans le cas de Wirecard, les signaux était là depuis des années. Fox derniers chiffres [résultats financiers] publiés sont fantastiques. C’est fou ce qui vous arrive. Les gens devraient regarder votre entreprise en disait ‘wahou’. Je suis ravi, je suis ravi d’être actionnaire”, assurait un gérant vedette de l’époque, Alexander Darwall, lors d’une téléconférence après une publication de Wirecard… en march 2020, alors que le FT avait positivement affirmé depuis octobre 2019 qu’une large part des revenus et des bénéfices était imaginaire, documents internes bourrés de noms de faux clients à l’appui. Trois mois plus tard, Wirecard cessait définitivement de coter. Comment un gérant professionnel at-il pu aussi longtemps refuser de voir la reality?

Lorsque vous avez investi dans le succès de quelque chose, vous voulez inconsciemment le voir dans la meilleure lumière possible et vous occultez les détails qui ne vont pas, explique Martina Dove, author de “The Tech Psychology of Fraud, Persuasiques: Understanding What and Scam Makes Us Vulnerable” (Routledge, non traduit), citée dans le Financial Times

Une réalité trop difficile à admettre

Pour les investisseurs de longue date, il est très difficile de remettre en cause une position, surtout sur elle est très profitable. Alexander Darwall avait commencé à miser sur Wirecard en 2007, à un cours de l’ordre de 9 euros et vu le cours décupler et même plus. Il aurait pu sortir au plus haut (en 2018) mais est resté dans la baisse qui a suivi car remettre en doute la réalité de Wirecard aurait été pour lui comme remettre en doute ses propres capacités. Ce qui l’a finalement amené à tout perdre…

L’attitude des autorités allemandes a été particulièrement critiquée et a raison. La BaFin, a lancé à trois reprises des surveys à l’encontre… des critiques de Wirecard (2008, condamnant même des vendeurs à découvert, puis à nouveau en 2017 et 2019). Le régulateur des marchés financiers avait deux alternatives: conclure que des spéculateurs et journalistes étrangers conspiraient en vue de causer du tort à un champion technologique allemand en s’appuyant sur une publication aussi solidement établie que le Financial Times, ou qu’un groupe appartenant à l’indice vedette national était capable de mentir effrontément aux investisseurs institutionnels, aux banques et aux polleurs. La realité était trop choquante, donc inconcevable.

Guillaume Bayre – ©2022 BFM Bourse

Leave a Reply

Your email address will not be published.