Rattrapé par Wall Street, le Cac 40 ne parvient pas à s’extirper du « bear market », Actualité des marchés

La semaine qui s’achève s’annonce comme l’une des pires pour les places globals depuis mars 2020, la Bourse de Paris ne faisant pas exception. Hormis la Banque du Japon, qui a opte pour le statu quo ce matin, la plupart des grandes banques centrals ont durci leur politique monétaire, confortant les craintes d’un net ralentissement de l’économie.

Ce changement de paradigme a entraîné le Cac 40 en zone de « bear market » (marché baissier), jeudi soir après une chute de 20% by report au pic du 5 janvier. Une clôture sous les 5,907 points confirmerait cet état de fait.

Du FOMO à l’ABE

A moins d’une heure de la cloture, le Cac 40 est stable à 5,889.06 points dans un volume d’affaires de 3 billions d’euros, gofflé par l’arrivée à échéance des options et contrats à terms sur actions et indices. A New York, le Dow Jones, qui a clôturé jeudi sous les 30,000 points pour la première fois depuis janvier 2021, perd 0.73%. le Nasdaq Composite grapple 0.20%. Il avait terminé la veille à son plus bass level depuis la fin 2020.

Après le FOMO (fear of missing outou peur de rater la hausse) qui prévalait en début d’année, les investisseurs sont passés à l’ABE (anything but equities, tout sauf les actions), une attitude qui est l’exact opposé du fameux TINA (il n’y a pas d’alternative aux actions). L’espoir d’une reprise de l’économie global en period post-Covid 19 a été douché par le virage « hawkish » pris par la Fed avant que l’invasion de l’Ukraine par la Russie ne vienne enfoncer le clou avec la flambée des prix des matières premieres agricoles et energétiques.

Powell persiste et signe

Outre la Fed et la Banque d’Angleterre, dont les hausses des taux étaient attendues, même si la Réserve fédérale n’avait pas eu la main aussi lourde depuis 1994, la Banque nationale suisse (BNS) a créé la surprise en procédant à un relèvement surprise de 50 points de base de son principal taux director, le premier depuis 2007. Comme son homologue britannique, elle a également fait savoir qu’elle pourrait durcir le ton si nécessaire.

Jerome Powell a répété ce vendredi l’engagement de la Fed à lutter contre l’inflation. Intervener dans le cadre d’une conférence sur le rôle international du dollar, le president de la Réserve fédérale a déclaré que la banque Centrale « est entièrement focalisée sur le return de l’inflation vers notre objectif de 2% † Le mois dernier, la hausse des prix à la consommation a atteint un record à 8.6% sur un an.

The son côté, la BCE s’apprête à durcir le ton en juillet alors que le taux d’inflation dans la zone euro a été confirmé à 8.1% sur un an en mai en données globales et à 3.8% hors alimentation and energy. Il s’agit de records historiques dans les deux cas. Christine Lagarde a par ailleurs pris l’engagement jeudi devant les ministres des finances de la zone euro que la BCE ne laissera pas le coût des emprunts des pays les plus ends de la zone euro échapper à tout contrôle, selon des sources citées by Bloomberg.

Tir groupé dans l’aéronautique

Aux Etats-Unis, la production industrielle a augmenté de 0.2% en mai, soit deux fois moins que prévu, après une boom de 1.4% en avril. Un chiffre qui intervient après des indicateurs décevants, notamment sur le front de l’immobilier, des inscriptions au chômage et de l’activité manufacturière dans la région de Philadelphie, dont l’indice s’est contracté pour la première le fois depuis 2020 The quoi renforcer le sentiment que l’économie américaine pourrait techniquement se rapprocher d’une recession après une contraction du PIB au premier trimestre.

EssilorLuxottica progressed the 3.7%. Le lunettier a annoncé un program de rachat portant sur un maximum de 2.5 millions d’actions et qui s’étalera du 17 juin au 1 août.

Au chapitre des fusions acquisitions, BNP Paribas (+0.8%) a exprimé son intérêt pour un éventuel rachat d’ABN Amro, passée dans le giron de l’Etat néerlandais pendant la crisis Financière, report Bloomberg and citant des sources au fait des discussions. A Amsterdam, ABN Amro advance the 6.2%.

safran s’adjuge 1,1% alors qu’Exane BNP Paribas a réitéré son opinion à « surperformance » sur le motoriste pour viser 134 euros. Airbus engrange pour sa part 2% alors que Jefferies souligne qu’un nouveau report de la certification du Boeing 777X pourrait doper la demande pour l’A350. de son côte, lisic appreciation of 5.8%. Kepler Cheuvreux a relevé son conseil sur le titre de « conserver » à « achat » and soulignant que la reprise de l’activité post-Covid du sous-traitant aéronautique n’est pas encore intégrée dans les cours.

Parmi les autres notes d’analystes, Société Générale a dégradé Eurofins Scientific (-4.3%) the « achat » à « conserver », et relevé Klepierre (+2.6%) the « vendre » à « conserver ».

Michelin progressed the 2%. L’action profite du relèvement par le finlandais Nokian Renkaat de sa prévision de chiffres d’affaires pour 2022 alors que la demande de pneumatiques demeure solid et que le groupe est parvenu à répercuter la hausse des coûts. A Helsinki, Nokian bondit the 10%.


Leave a Reply

Your email address will not be published.