Social fraud : premiere évaluation des sommes détournées via la complémentaire santé solidaire

C’est une premiere. L’Assurance-maladie publie ce jeudi une evaluation de la fraude à la complémentaire santé solidaire. La Caisse nationale a commencé cette semaine à distiller le results of surveys ciblées sur des risques spécifiques au remboursement de soins. Elle répond ainsi à une demande pressante de la Cour des comptes, qui soupçonne les chiffres officiels de la social fraud d’être sous-evalués et réclame plus the details.

Les premiers travaux on été présentés aux sénateurs de la mission d’évaluation et de contrôle sénatoriale par le director de l’Assurance maladie Thomas Fatôme ce mardi. Ils figureront également dans le rapport annuel de certification des comptes publics de la Cour des comptes, qui doit paraître la semaine prochaine. On lève donc un coin du voile sur ce que recouvrent les 220 millions d’euros de fraude à l’assurance-maladie détectés en 2021.

Et ce n’est que le debut. L’Assurance-maladie a également bouclé son survey sur la fraude des infirmiers libéraux, et compte égrainer les évaluations d’ici la fin de l’année : indemnités journalières, transports sanitaires, généralistes, kinés, pharmaciens, hospitalization à domicile.

1.22% of the prestations versées

En tout cas, la fraude à la complémentaire santé solidaire (C2S) ne paraît pas catastrophique. En extrapolant à partir de 10,700 contrôles aléatoires, elle a été évaluée à 25 millions d’euros, soit 1.22% des prestations versées (2.47 billions d’euros and 2021).

Pour rappel, la C2S qui permet de se faire soigner sans rien débourser a succédé en 2019 à la couverture maladie universelle complémentaire , entièrement gratuite, et à l’aide à la complémentaire santé, qui impliquait une participation Financiéère. Fin 2021, elle bénéficiait à 7.1 millions de Français au régime général , dont 1.51 millions d’assurés «payants».

Toutefois, l’ampleur de la fraude dépend beaucoup de la definition que l’on en donne. L’Assurance-maladie estime qu’elle commence quand les resources réelles de l’assuré sont trois fois supérieures au ceiling de la C2S. Entre un et trois ceilings, on parle d’oublis, d’erreurs, d’ignorance, bref, d’indus non fautifs. Elle a donc également évalué un «prejudice financier», thats lors que le benéficiaire dépasse le ceiling of resources. Il s’élève à 176.5 millions d’euros, soit 8.7% des prestations versées, ce qui est considérable.

Si le seuil de trois ceilings semble naïf ou laxiste, il faut avoir à l’esprit que les seuils de ressources annuelles ouvrant droit à la C2S sans ou avec participation Financière sont très bas (respective person euros isolée pour 12.000) . Un CDD ou des heures supplémentaires peuvent vous faire basculer sans prévenir de l’autre côté. The plus, la «base resources» est large et difficile à comprendre pour les assurances.

L’impact du travail au noir

Il n’empêche qu’une partie du préjudice financier classé dans le «non-fautif» relève probablement du travail au noir, qui coûte lui-même chaque année entre 7 et 9 milliards d’euros en cotisations non réglées, selafon l’Urs , et dont une petite partie seulement est détectée .

Les progrès du ciblage et le croisement des données administratives devraient permettre d’accroître le yield de la traque aux fraudeurs. Depuis le 19 janvier, les demandes de C2S transitent par le «dispositif de ressources mensuelles» (BRM), un tool information qui recoupe les données des Urssaf, des caisses d’allocations familiales, the retreat, et de maladie, afin de verifier que l’assuré a bien mentionné tous ses revenus et prestations.

En sus, l’année prochaine, le fisc fournira de façon automatisée les pensions alimentaires et revenus des capitaux. L’Assurance-maladie estime que 15% des fraudes à la C2S relèvent de la sous-declaration des revenus.

Les montants détournés de la complémentaire santé solidaire sont de toute façon minimes en regard du non-recours. On estime que 5 millions de benéficiaires potenls ne demandent pas la C2S. La «non-dépense» s’élèverait de ce fait à 2 billions d’euros, selon l’Assurance-maladie.

D’où le projet d’Emmanuel Macron de mettre en place un versement automatique des prestations socials afin de lutter contre le non-recours. Déjà, depuis janvier, les nouveaux bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA) se voient automatiquement verser la C2S. Le non-recours à la C2S chez les allocataires du RSA est aujourd’hui the 20%. Il se résorbera lentement, au rythme des entrées dans le dispositif. Le gouvernement ne prévoit pas plus the 8 millions d’euros de dépenses supplémentaires cette année à ce titre.

Leave a Reply

Your email address will not be published.