Un fund veut faire décoller les PME de l’aérospatiale

Plusieurs petites et moyennes entreprises (PME) du secteur aérospatial sont jugées trop petites pour se tailler une place de choix auprès des grands donneurs d’ordre comme Airbus, Bombardier, Pratt & Whitney and Boeing. Trois gestionnaires d’expérience dans l’industrie foulent donner un coup de barre avec un nouveau fonds de croissance financé à hauteur de 30 millions par Québec. Tour d’horizon.

Public at 9h04
Mass à jour at 13h37

Julien Arsenal

Julien Arsenal
La Presse

Investir dans une PME qui génère un chiffre d’affaires allant de 10 à 40 millions pour le faire passer à plus de 100 millions : c’est ce que souhaite Partenaires Thrust Capital, une firme québécoise dirigée par Frédéric Loiselle, Benoîtbrat Miladsoîwa . Ce fond, qui a récolté jusqu’à présent 77 millions, notamment auprès du gouvernement Legault, le Fonds de solidarité FTQ (20 millions) et le Mouvement Desjardins (12.5 millions), désire avoir jusqu’à 100 millions dans ses coffres.

« On a potential qui n’est pas réalisé, this M. Loiselle, qui était responsable du secteur aérospatial au sein de la Banque de développement du Canada (BDC), entrevue avec La Presse. En parlant aux gens d’Airbus et Bombardier, souvent, on se rend compte que les fournisseurs sont très bons, mais tu ne peux pas faire un projet de 20 millions avec eux puisqu’ils font 20 millions de revenus par année. On veut amener du capital pour les aider a croître. †

Le projet a été présenté en conférence de presse, mardi, par les membres de Thrust Capital, le ministre de l’Economie et de l’Innovation Pierre Fitzgibbon ainsi que de la presidente-directrice générale d’Aéro Montréal Suzanne Benoît, notamment.

le plan

Thrust Capital affirme que des discussions sont avancées avec trois compagnies. La firme ne se contentera pas de jouer les spectateurs. Elle compte prendre une participation majoritaire dans les PME où elle investira. Le financement pourra aider ces compagnies à, par exemple, déployer des projets d’automatisation pour améliorer leur compétitivité, diversifier leurs activités et même réaliser des acquisitions.

« L’objectif est de créer cinq ou six plateformes, a précisé M. Loiselle, en conférence de presse. Ce qu’il manque, souvent, ce sont les capitaux. Quand tu investis dans les équipements, tu n’as pas nécessairement l’argent pour aller une compagnie en plus. †


Photo Alain Robberge, LA PRESSE

Le projet de Thrust Capital a été présenté par la présidente-directrice générale de Suzanne Benoît, le president de Thrust, Frédéric Loiselle (centre) et le ministre de l’Economie et de l’Innovation Pierre Fitzgibbon (droite)

Celui-ci aimerait réaliser une première transaction cette année, at-il confié, enmarge de l’évènement.

Les 30 millions injectés par Québec provinnent d’une enveloppe existante annoncée en 2020. M. Fitzgibbon souhaite des résultats rapides. L’intégration des fournisseurs québécois avec les grands donneurs d’ordre n’est « pas à son goût », at-il this.

Le modele

M. Loiselle et ses collègues aimeraient jeter les bases du prochain Héroux-Devtek, ce spécialiste de trains d’atterrissage et des pièces d’aéronautiques qui s’est hissé au rang de multinationale aumé fil des anquies s’ grition d’à la the croissant internal.

Gilles Labbé, president of the executive board of the administration of the enterprise établie à Longueuil, est l’un des six membres de l’équipe de conseillers de Thrust Capital. À son avis, le nouveau fonds comble un vide.

« Quand tu grandis, ça prend de l’argent dans le fund de roulement, pour agrandir l’usine et acheter des équipements, souligne l’homme d’affaires, au cours d’un entretien. Nous avions récolté 9 millions en Bourse en 1986. Si ce fonds-là avait existé, on aurait peut-être choisi cette option. †

Lorsque M. Labbé et son partenaire Sarto Richer ont racheté la compagnie, en 1985, son chiffre d’affaires était d’environ 10 millions. L’an dernier, ses ventes s’étaient chiffrées à $613,000 et l’entreprise exploite désormais des usines au Québec, aux États-Unis ainsi qu’en Europe.

your démarchage

Parallèlement à la creation du fonds, Aéro Montréal pilotera une initiative visant à rapprocher les PME auprès des principaux actors de la grappe.

« Eux (Thrust Capital) vont apporter l’aide Financière et de notre côté, nous allons travailler auprès des grands donneurs d’ordre pour voir comment on peut identifier les meilleures compagnies. †

L’objectif, explique Mme Benoît, est de faciliter l’arrimage de ces fournisseurs auprès de compagnies comme Airbus, Bombardier et Pratt & Whitney.

And savoir plus

  • 35,000
    C’est le nombre d’emplois générés par les quelque 230 entreprises qui font partie de la grappe aérospatiale québécoise.

    DU QUEBEC . GOVERNMENT

Leave a Reply

Your email address will not be published.