Un plan en 8 stages pour lutter contre un marché baissier

Bien se preparer pour un marché baissier. (Photo: 123RF)

Un cliche pour les investisseurs lors d’une vente massive sur le marché boursier est de s’accrocher et de ne pas paniquer. Ce qui est souvent mal interpreté comme signifiant fermer les yeux et ignorer ce qui se passe dans votre portfolio. À l’heure actuelle, alors que les actions flirtent avec un marché baissier et que de nombreuses stratégies obligataires affichent également des pertes à un chiffre élevées, l’instinct de se mettre la tête dans le sable peutible être.

Bien que vous ne vouliez pas réagir de manière instinctive à la baisse des actions ou aux pertes de vos fonds obligataires, c’est aussi le moment d’examiner de près votre portfolio et de voir comment votre plan correspond à ce que vous attendiez et si vous êtes toujours sur la bonne voie pour atteindre vos objectifs.

Où commencer? Lors d’une recent conversation, Marta Norton, director des investissements pour les Amériques chez Morningstar Investment Management, a proposé huit étapes aux investisseurs à prendre en compte alors que nous affrontons ces marchés volatils. Voici un extrait:

1. Quelle est la solidité de votre portfolio ?

Une chose à laquelle nous réfléchissons beaucoup est l’idée de robustesse. C’est lié à la diversification, mais ce n’est pas tout à fait la meme chose. Il s’agit de penser à votre portfolio et aux différents environnements dans lesquels vous pouvez vous trouver: forte croissance économique, faible croissance, forte inflation et faible inflation. Si l’ensemble de votre portfolio dépend d’une forte croissance et d’une faible inflation, vous n’avez pas the portfolio solid.

Il est logique de penser à ces différents environnements et à votre portfolio, meme au sein d’une seule classe d’actifs. Même au sein des actions, vous pouvez vous demander: «Quel secteur va bénéficier de quel environnement ?»

Par exemple, si nous entrons dans une recession, les Financières ne sont pas une bonne option. Si nous n’entrons pas dans une recession et que les taux sont beaucoup plus élevés, alors il y aura un vent arrière pour les financiers. Si nous avons une recession, peut-être que l’energie ne se portera pas si bien. Mais si vous avez de l’inflation, peut-être que l’energie se portera bien.

2. Recherchez des opportunités d’achat

La maxime de Warren Buffett devrait s’appliquer : soyez cupide quand les autres sont craintifs, et craintif quand les autres sont cupides.

En règle générale, si vous vous souciez du prix que vous payez pour les titres et que le marché vend fortement, toutes choses étant égales par ailleurs, il s’agit d’une opportunité d’achat. Lorsqu’il s’agit d’actions, surtout dans la mesure où les actifs sous-jacents d’une entreprise ne sont pas dépréciés, il s’agit d’entreprises saines, d’une dette saine.

Lorsque nous commençons à voir de telles ventes sur le marché, nous allons toujours commencer à nous intéresser et à réfléchir à la manière de profiter de l’opportunité. Je pense que c’est un récit que les gens comprennent bien, mais qu’ils se comportent de cette façon en est une autre.

3. Acheter la baisse ou avoir un plan

Le mantra «achetez la baisse» ne fonctionne pas toujours comme les gens le pensent. Il ya ce sentiment de trampoline, comme si le marché allait chuter brutalement et qu’il y aurait un rebond immédiat. Je tiens à avertir que, s’il s’agit d’une liquidation significative, il peut y avoir des liquidations encore plus significatives dans le futur.

Lorsque nous commençons a nous intéresser a une vente massive du marché, nous n’investissons pas tous d’un coup. Nous le faisons d’une manière plus basee sur la average des coûts, où nous ajustons et élaborons un plan d’achat.

C’est un engagement préalable qui peut aider à contrer les biais comportementaux, car, à mesure que le marché se vend de plus en plus, vous commencez à vous demander ce que le marché voit que vous ne voyez pas. Avoir cet engagement préalable peut être un moyen puissant de faire ce qu’il faut, même quand ça fait vraiment mal.

4. N’achetez pas à travers le retroviseur

Les marchés baissiers ne se ressemblent pas tous et les marchés haussiers non plus.

Les actions qui ont été favorisées par le marché ne seront plus les favorites, et vous ne voulez donc pas supposer qu’il ne s’agit que d’une baisse et que ça reviendra exactement comme avant.

5. Verifiez vos attentes

Ce n’est pas encore une recession et ce n’est pas une crisis financier global. Il s’agit d’un changement d’environnement du marché. Nous passons d’un environnement inflationniste benin à un environnement inflationniste, et d’une politique monetaire accommodante à une politique monetaire moins accommodante.

Et, dans la mesure où cette politique a été accommodante et que l’environnement économique a soutenu les prix des titres, alors vous envisagez potenllement les 10 prochaines années qui ne sont pas also propices aux yields que les 10 dernières. Il est important de recalibrer les attentes.

6. Les obligations on toujours de la valeur

Lorsque vos obligations perdent des sommes importantes en meme temps que vos actions, il est difficile de rester concentré. Lorsque vous voyez les actions se vendre, puis les obligations se vendre, il est vraiment difficile de comprendre la valeur d’un portfolio multiactif.

The notre point de vue, les obligations on toujours une valeur. Si nous devions frapper une recession, il ya une chance que les bons du Trésor soient un refuge sûr.

En même temps, comme les obligations se vendent, à un moment donné, elles ne continueront pas à chuter. Ils ne baissent pas de la meme ampleur que les actions. Et, à mesure qu’ils se vendent et que leurs returns commencent à augmenter, elles devinnent plus attractives.

7. Envisagez d’aller au delà des actions et des obligations

Il est important de savoir que ce type d’environnement de marché — l’idée que les obligations et les actions peuvent se vendre en même temps — est possible. Je pense juste que nous ne l’avons pas vu depuis si longtemps que les gens ont été pris au dépourvu.

L’autre chose à considérer est que les actions et les obligations ne doivent pas être la seule chose que vous possédez. L’essentiel est que vous souhaitiez un return plus constant et stable qui ne soit pas dicté par les mêmes facteurs qui alimentent les titres à revenu fixe et qui ne soient pas dictés par les memes facteurs qui alimentent les actions.

Leave a Reply

Your email address will not be published.