Vers une perte de contrôle de la Banque central européenne

Public on May 12, 2022



a

Le marché français est en baisse de 6% depuis jeudi.

Les actifs tangibles comme l’or et le pétrole resistant plus. L’or a baisse de 10 % depuis son record du mois de mars. Mais il poster toujours un léger gain sur 6 mois. Et le baril de pétrole reste au dessus des 100 dollars… bien au dessus des levelsx de l’an dernier.

Au contraire, le marché-actions est en baisse de 12% sur les 6 deniers mois.

La plupart des investisseurs sans doute à l’abandon des tentatives de normalization de la part de le Fed. Les autorités ne veulent pas de plongeons de la Bourse. Donc elles vont remettre en place le stimulus. Cependant, la Fed n’a pas encore hisse le drapeau blanc. Et cela suggère davantage de hausses des taux, peut-être jusqu’à 2% cet été. Cela devrait faire durer les pertes dans la Bourse.

Une surprise a la bearse

Tout le monde avait déjà anticipé une boom de 0.50% par la Fed jeudi. Alors pourquoi ce declin ? Quel genre de surprise a eu lieu?

Sans doute qu’une bonne partie des gens n’avait pas compris l’impact de la hausse.

En effet, juste après l’annonce, les taux sur les obligations publics se sont mis à grimper autour du monde.

Ici en France, les obligations du gouvernement à 10 ans de maturité ont baissé en valeur. Les taux ont grimpé et ont atteint 1.7% en fin de la semaine, alors qu’ils étaient encore dans le négatif en décembre.

Par la suite, les taux on un peu baisse. Comme toujours, la fuite vers la sécurité a valorisé les obligations de l’État. Mais ces taux restent aux levels les plus élevés depuis juin 2014. Les taux sur les obligations devraient en principle aller encore plus bas si l’économie européenne ralentit et entre dans une recession.

Ainsi, le ralentissement de l’économie stoppera la hausse de taux, portera soutien aux obligations et arrêtera l’inflation.

La directrice de la BCE, Mme Lagarde, mise la dessus. Elle parle toujours d’une inflation transitoire.

Elle expliquait la semaine dernière que « dans les années 70, les augmentations de salaires and réponse à l’inflation on alimenté la croissance des prix. Nous ne voyons pas cela aujourd’hui. †

Trop de pertes and trop peu de temps

La BCE va continue a soutenir les marchés. Mais un danger pour le system financier apparaît si les actifs chutent trop sévèrement.

Dans ce cas, un plongeon dans les marchés pourrait mener à une crisis de liquidites. Et là, des groupes importants feront faillite par manque d’argent.

Les authorités comptent éviter ce cas de figure à tout prix. Mais ne savent pas au juste combien d’argent cela va necessiter, ni combien de pertes en Bourse ou dans l’immobilier le system peut endurer, avant d’avoir ce genre de crisis.

Les dirigeants peuvent seulement réagir après coup, comme ils l’ont fait avec l’apparition du virus.

En march 2020, ils ont annoncé des programs de secours après un plongeon des Bourses de plus de 30 %. Les actions ont rebondi par la suite. Aucune faillite importante n’avait encore eu lieu.

Les interventions, dont les prêts garantis, sont arrivées à temps pour empêcher la banqueroute de sociétés comme Air France-KLM ou Darty, qui auraient pu mener à une crisis.

Mais cette fois-ci, les autorités n’arriveront peut-être pas à temps.

Potential de faillites dans l’immobilier

L’immobilier court tout particulièrement le risque d’un repli en cas d’evaporation des crédits.

Selon MeilleursAgents, les taux d’intérêts moyens sur 20 ans ont atteint 1.45 % après avoir grimpé cette année.

Mais c’est toujours moins que les 1,9% sur la dette à 20 ans du gouvernement français, selon worldgovernmentbonds.com.

Comment est-il possible d’emprunter à meilleurs taux que le gouvernement qui ne peut pas faire faillite dans sa propre monnaie ?

Les taux des prêts aux prives vont donc monter encore plus et le nombre d’acheteurs va baisser.

deja, BMF Immo report :

« Dans leur dernière note, les notaires prévoient qu’à fin juin les prix dans la capitale seront descendus à 10 400 euros (10 410) soit une baisse de plus de 4 % par rapport au point haut qui avait été atteint en October 2020 ( 10 860 euros). †

And in principle, les élus ont une infinité d’argent à disposition grâce à la planche à billets. Mais en pratique, ils ne savent pas quelle somme – sous forme de stimulus – va suffire pour empêcher les problems. Ils ne savent pas comment va se comporter la monnaie.

Déjà, la résistance du pétrole et de l’or signale que l’inflation peut continuer, même dans une recession et donc pousser les taux encore plus haut.

Où cela va-t-il mister ?

Lors de mon interview avec l’author Simone Wapler, elle explique que les autorités vont réagir de deux manières. d’abord, « il va falloir essayer d’enfermer les gens dans le system euro » pour empecher la fuite de devant la monnaie. Puis, les dirigeants vont contrôler les prix.

Selonelle :

« Je pense qu’on aura des controls de prix. On le voit déjà pour les prix de l’énergie, your pense que ça va se multiplier. †

Leave a Reply

Your email address will not be published.